Le Comptoir Général

Voici un lieu alternatif et vaste comme on en trouve souvent à Barcelone ou à Berlin, mais rarement à Paris. Ce bar militant et décalé à la déco faussement coloniale a été aménagé dans une ancienne étable de 600 m2 en pierres apparentes, avec un sol en damier, un mobilier shabby chic et des curiosités d’Afrique entassées dans tous les coins, donnant un côté mystique à l’endroit. Seuls les initiés connaissent le Comptoir Général, caché derrière un îlot de maisons au bord du canal Saint-Martin. On s’y donne rendez-vous entre amis à l’heure de l’apéro pour discuter dans une ambiance relax sur un fond musical afro très doux. Dès l’entrée, un couloir habillé de lustres anciens et d’un tapis rouge donne le ton, avec une expo sur la Françafrique : des portraits de dictateurs africains accrochés au mur vous escortent jusqu’à la première salle.

Puis on est bluffé par l’immensité du lieu : une pièce assez sombre sous de hauts plafonds et des poutres apparentes meublée avec des canapés dépareillés, chaises d’écoliers et tables déglinguées. Dans un coin, on découvre, émerveillé, un cabinet de curiosités qui vaut vraiment le coup d’œil : squelettes, plumes d’oiseaux rares, animaux empaillés, objets de sorcellerie africains sont soigneusement exposés et éclairés. Dans un autre coin, on observe les ossements d’un dinosaure retrouvés dans la forêt du Bassin du Congo. On remarque évidemment le jardin de végétation tropicale dans une immense verrière éclairée qui fait office de fumoir (jusqu’à 22h pour ne pas déranger les voisins). Des plantes poussent aussi dans le plancher à l’intérieur, créant un espace très zen.

En traversant la verrière, on est surpris de découvrir une seconde salle, aussi vaste que la première. Ici un bar avenant propose un cocktail très frais d’inspiration africaine qu’on redemande toute la soirée : le Secousse, à base de vodka, bissap (sirop de fleurs d’hibiscus), fruit de la passion et concombre. On y sert aussi une bière Licorne bio goûtue en demi (3,50 €) ou en pinte (6,50 €) et une bière du Togo en bouteille, la Flag. Côté resto, on adore les plats de cuisine du monde délicieux servis à prix syndical : assiette africaine ou de mezzes à 10 €, soupe de lentille au lait de coco à 5 €, samosas et cornets d’Asie à 6 €… Enfin, le Centre des objets perdus est une caverne d’Ali Baba qui invite les clients du bar à chiner des objets hétéroclites vendus pour quelques euros. Tous les bénéfices sont reversés aux biffins, ces chiffonniers qui vendent des objets à la sauvette sur les trottoirs parisiens. Si vous arrivez avant 21h, profitez à l’étage d’une vaste friperie, autre grotte à merveilles, et d’une librairie de bouquins d’occasion.

Le week-end, le Comptoir Général est victime de son succès : à partir de 20h, la queue est infinie car il faut attendre que le bar se vide pour pouvoir entrer (ce qui peut prendre des heures). Pour être certain de profiter du lieu, venez plutôt en semaine, très tôt ou assez tard le week-end. Enfin, le Comptoir Général programme désormais un rendez-vous : le Cinébrousse. Des projections gratuites de films sont programmées tous les dimanches soirs de 19h à 23h, suivant des thèmes chers à l’endroit : le militantisme, l’exploration de la nature et la culture.

http://www.lecomptoirgeneral.com/

Deja un comentario